jeudi 12 janvier 2017

Le chat et l'orage



J'aime les loups et les orages.
J'aime le frisson que me procure le bruit soudain de l'éclair, le tapotement de la pluie contre le toit et les fenêtres.
J'aime la couverture dans laquelle je me blottis bien au chaud.
J'aime le mystère qui entoure la nature quand elle se déchaîne ; le froid de l'hiver et le vent de la tempête ;
Mais je déteste penser que quelque part, un petit chat s'abrite sous une voiture, tremblant de peur et de froid.

Ce soir c'est alerte rouge dans le nord de la France, et j'ai une petite pensée pour toutes ces personnes qui courent dans la rue, bousculées par le vent, trempées par la pluie, pour rentrer chez elles ou aller travailler ; pour tous ces animaux des villes, des champs et des forêts, qui ce soir ne seront pas tranquilles !


lundi 9 janvier 2017

L'entre-deux



Ça fait longtemps que je voulais m'exprimer sur ce sujet, sans jamais avoir osé, par peur que l'on se moque de moi, que l'on me dise "tu n'as pas honte de te plaindre alors que tu as tant de chance". 
Depuis quelques années, je suis - et d'une certaine façon Mr. Donkey l'est aussi, sans que ça lui pèse autant- dans un entre-deux. 
Je suis dans une période de ma vie où je ne me comporte pas comme une jeune - faire la fête, sortir le samedi soir en boîte, ce n'est tout simplement pas mon truc - ni comme une adulte mariée et mère.  

Quand j'ai rencontré Mr. Donkey, on avait 16 ans, on était un peu fous et on se disait tout naïvement qu'on ferait des enfants dès nos 18 ans. 

Sauf que lui a choisi des études plus longues que prévu, et je me suis engagée dans 5 ans d'études jusqu'au master. Le temps a passé, on ne parlait plus d'enfant, plus de mariage, parce qu'on a compris que ce ne serait pas pour tout de suite - pas assez matures, pas assez riches.

Aujourd'hui je suis à la fin de ces études, il reste encore 2 ou 3 ans à Mr. Donkey, et j'attends avec impatience le moment où on pourra "se lancer".  
C'est un entre-deux de ceux qui voudrait une famille mais ne peuvent pas, financièrement. 

Quand je dis autour de moi que je veux des enfants, avant 23 ans si possible, les réactions me blessent  : "Profite de ta vie au lieu d'emprisonner avec des mioches" "pourquoi tu ne fais pas la fête comme les jeunes de ton âge" "toi et Mr. Donkey, vous êtes des vieux". Difficile de rêver famille à 20 ans sans se faire juger dans une France où les femmes ont des enfants à 30 ans plus qu'à 20. 


Alors bien sûr on est pas enfermés non plus ; on a nos amis, nos voyages dont on profite au maximum parce que oui, je sais que c'est dur (et cher !) de voyager avec des enfants, nos sorties...
mais des fois, le soir, on se dit que ça serait quand même plus joyeux avec des enfants :)

Et puis il y a la blogosphère et tous ces blogs de mamans, je ne les envie pas bien sûr mais j'aimerais bien un jour faire du mien un blog "famille", d'autant que j'ai déjà pas mal d'idées, notamment en rapport avec la pédagogie Montessori !

Je sens que des mamans qui me liront seront outrées et me diront qu'elles aimeraient bien avoir quelques minutes à elles, pouvoir ne rien faire tout une soirée... on rêve toujours à ce qu'on a pas et je sais que je devrais profiter de l'instant présent, mais cet idée de l'entre-deux me rattrape et m'attriste. 

Mon but n'est pas de me plaindre mais plutôt de parler d'une situation dont je n'ai jamais entendu parler, sans doute parce qu'en réalité ce n'est pas bien important. 
Peut-être que certains ou certaines comprendront mon sentiment pour l'avoir déjà, ne serait-ce qu'une seconde, ressenti. 

Je vous laisse, je retourne à mon ami Netflix tant qu'il est encore temps :)



dimanche 8 janvier 2017

Mon chéri, mon cuiseur à riz




C'est mon chéri, celui qui m'accompagne (presque) tous les jours dans mes recettes, qui ne me lâche pas, solide et pratique.. mon cuiseur à riz <3

Vous allez me dire : "mais t'es asiatique ? tu fais du riz tous les jours ?"
Non et non :)
Certes, j'adore la nourriture asiatique, particulièrement japonaise, et mon cuiseur me sert à préparer le riz pour les sushis, les bols de riz, les onigiris (sandwichs de riz sous forme de boule).
Mais mon cuiseur me sert aussi pour les recettes européennes à base de riz ou non, pour accompagner un poisson ou une viande.

Indispensable en Asie


Peu connu en Europe, c'est l'appareil électrique culinaire le plus important en Asie. On en trouve dans 95% des familles au japon, à tous les prix (de 10 à 1000€), des qui parlent, d'autres qui cuisent le riz tout simplement :) Ils ont toutes les formes et les décors, avec des Hello Kitty et j'en passe !

Un cuiseur, trois fonctions


Source : Tefal.fr

La fonction principale du cuiseur est la cuisson par absorption

Riz simple ou épicé, blé, boulgour et autres céréales, poulet, légumes ou encore brioche japonaise, les possibilités sont infinies et internet regorge de recettes "cuiseur à riz".
A bien des égards, le cuiseur à riz est parfait pour les végétariens !
Comme cette cuisson est par absorbtion de l'eau, les bons nutriments contenus dans les aliments se s'échappent pas, et en cela c'est une cuisine très diététique qui accompagne le cuiseur à riz

La seconde fonction, celle qui ajoute le petit plus au cuiseur et me fait l'aimer encore plus, c'est la cuisson vapeur avec le panier que l'on rajoute au dessus. 

Il suffit alors de mettre de l'eau dans le bol où l'on met habituellement le riz et les légumes dans le panier au dessus. On rajoute le couvercle en verre, on appuie sur le bouton et hop ! le tout va cuire jusqu'à ce que vous l’arrêtiez ou jusqu'à ce qu'il n'y ait plus d'eau (ce qui ne m'est jamais arrivé puisque je met toujours beaucoup d'eau pour éviter que le bol ne cuise "à vide").
On peut faire cuire à la vapeur avec du riz dans la cuve ou simplement de l'eau.


Enfin la troisième fonction, c'est le maintien au chaud. 

Elle peut-être utile à certaines familles où l'on attends que le reste du repas soit préparé, moi je ne l'utilise pas car le riz maintenu au chaud avec son couvercle a tendance à former une petite croûte brune au contact du bol (Après c'est selon votre goût, au Japon les enfants en raffolent, ils la mangent comme un bonbon)

L'appareil, la "bête" !


C'est un cadeau de Mr. Donkey qui l'a croisé chez But et qui a trouvé que ce serait une bonne idée vu les quantités de riz que l'on consomme. C'est un Tefal Classic 2, qui a coûté dans les 60 euros avec la garantie. Il n'a que deux boutons : un bouton on/off sur le côté de l'appareil et un bouton cuisson/maintien au chaud. Par défaut l'appareil allumé est en "maintien au chaud" (keep warm, lumière jaune), il faut presser le bouton pour lancer la cuisson ("cook", lumière rouge) et quand la cuisson est achevée le bouton revient sur "maintien au chaud" en faisant un bruit "clac" assez fort pour que vous l'entendiez dans la pièce d'à côté.

Source : Tefal.fr

La cuisson dure en moyenne 20 minutes pour du riz, je pense même un peu moins, je dirais 15-20 minutes, sans se soucier de si c'est trop cuit ou pas assez, c'est tellement reposant et luxueux de ne rien avoir à faire :)

Le cuiseur à riz, c'est rigolo


Vous allez me prendre pour une grosse gamine, mais j'adore observer la cuisson du riz rond ou riz à sushis (bon je ne le fais pas à chaque fois). Bah oui, parce qu'à cause de l'amidon contenu dans ce type de riz, la cuisson se fait sous forme non d'ébullition de l'eau à proprement parler mais plutôt sous forme d'énormes bulles qui explosent en faisant du bruit dans l'appareil, ça fait une mousse géante dans le bol, comme du savon ! Au début ça m'a fait peur, j'ai cru que j'avais mal lancé la cuisson, puis j'ai compris que c'était normal.
Pour les nuls en cuisine qui ratez toujours votre riz, au moins avec le bouton unique de l'appareil vous n'aurez jamais de soucis !

C'est pour moi ? 


C'est pour vous si vous mangez beaucoup de riz et de légumes/poisson vapeur ! Dans ce cas, foncez ! On trouve des modèles pour moins cher - un bon cuiseur à riz commence à 30 euros, mais même à 60 euros chez nous l'appareil a été rentabilisé en un mois !

source : Rosey Cheeks


Avantages                                                                                 Inconvénients

+ Revêtement téfal, le riz se décolle tout seul                      - Revêtement téfal, donc nocif si abimé
+ Cuiseur à riz ou Vapeur                                                     - Cordon de branchement un peu court
+ Un seul bouton pour la cuisson, l'appareil pèse la            - Ne jamais utiliser le côté vert de l'éponge
quantité de nourriture et adapte seul la cuisson
+ Fonction maintien au chaud
Simplicité enfantine
+ Immense variété de recettes
+ Bon rapport qualité/prix de mon appareil Téfal
+ Vendu avec bol mesureur, spatule à riz, repose spatule
La cuve et le panier vapeur passent au lave-vaisselle

mardi 3 janvier 2017

Des habitudes en voie de disparition

Bag of groceries
Photo Unsplash - Flikr

Vous l'avez peut-être entendu dans les médias ou complètement zappé, mais de nombreux changements arrivent, et c'est pour bientôt ! Ce sont de nombreuses habitudes de consommation et petits objets du quotidien qui vont disparaître, avec la plupart du temps des avancées écologiques à la clé (mais pas toujours !). Du coton-tige au train de nuit, en passant par les sacs plastiques, notre vie va changer, pas le choix, c'est la loi !

Petite liste chronologique de ce qu'on ne trouvera bientôt plus ! 


2016


Le magnétoscope
Trop d'appareils produits, la production s'arrête.. RIP cher magnétoscope (même si certains spécimens subsistent chez les particuliers soigneux !)

2017


1er janvier 2017 : Les sacs-plastiques
Désormais, avec la loi sur la transition énergétique, les sacs plastiques - même ceux des rayons fruits et légumes - sont remplacés par des sacs en papier ou en plastique réutilisable. Personnellement j'ai pris les devants en achetant pour 3,50 5 sacs à fruits et légumes en coton, mais j'avoue que j'aimerais bien me balader avec des sacs en papiers comme aux US ;)

Mi-2017 : Les trains de nuits
Bon, on est d'accord, les trains de nuit, on ne les croise que dans les livres -et les films. N'empêche que les trains de nuit vont disparaître en France, à l'exception de deux lignes, un peu plus rentables que les autres semble-t-il.

Fin 2017 : Le billet de 500
Il financerait le terrorisme. Honnêtement ça ne changera pas ma vie puisque je n'en ai jamais vu !

2018


Les exfoliants à billes plastiques

Les entreprises l'ont bien compris, écrire en gros sur les packagings des exfoliants "contient des micro-billes de plastique" ne serait pas très vendeur. Et pourtant ! Même si des alternatives naturelles existent, beaucoup d'exfoliants du commerce contiennent ces micro-billes de plastiques qui se répandent dans la nature et finissent dans nos saumons sauvages. Sans compter que se frotter avec du plastique, bof bof pour la santé.

2020


Le coton-tige (1er janvier)
Parce que certaines personnes les jettent dans les toilettes et que c'est un des déchet qui prolifère le plus sur les plages, les cotons-tige actuels seront totalement interdits en 2020, comme le stipule la loi Biodiversité du 20 juillet 2016. On pourra utiliser des "oriculis" en bois ou des coton-tiges en papier biodégradable.


La vaisselle jetable
En plastique ! Encore une fois je n'en utilise jamais mais je comprends que ça soit bien pratique - il faudra utiliser de la vaisselle lavable ou de la jetable en papier.


On est d'accord, ces changements sont petits, voire pour certains insignifiants à l'échelle de la famille. Mais j'ai espoir que petit à petit les mœurs changent, en me rapellant que "Rome ne s'est pas faite en un jour" :)
Je déplore cependant un manque de mouvement de la part de l'Etat pour promouvoir des alternatives aux produits nocifs pour la santé et l'environnement, notamment dans la salle de bain !

Et vous, la disparition des sacs plastiques, ça vous fait peur ? vous êtes du genre archi-préparé ou vous voguez tranquillement avec notre temps ?

lundi 26 décembre 2016

Simple vs. Minimaliste


Minimaliste, moi ? jamais !


Bon, c'est vrai, j'ai appelé ma routine soin "minimaliste".. mais ce n'est pas pour autant que je me considère comme une minimaliste !

Il faut dire qu'une minimaliste, une vrai, ne garde que l'essentiel dans tous les domaines de sa vie. Or ce n'est pas du tout le cas chez moi ! Je garde une boîte entière de souvenirs, ma collection de marques-page, le salon est plein de livres et le bureau, de crayons de couleurs !

Surtout que les "vrai"minimalistes apprécient la simplicité dans la décoration, là où chez moi j'accumule des cadres, des bougies, des tapis... et j'en passe !

Simple vs. minimaliste 


Par contre, j'aime que chaque chose ait une place, ce qui n'est pas vraiment possible quand on a 3 théières et 6 spatules de cuisine :)

Du coup je fais régulièrement des "purges minimalistes" :
- la moitié des ustensiles de cuisine sont inutiles ou pas efficaces
- les médicaments ne servent pour la plupart à rien une fois la maladie passée, d'autres sont périmés
- les produits de beauté ont tendance à finir au fond d'un tiroir
- pas besoin de 20 tasses
- ni de 30 tee-shirts dont la moitié n'est jamais portée

Vous voyez la démarche ? C'est plus tendre vers le simple que vers le minimalisme. Et ça va bien sûr de paire avec des solutions de rangements, comme mes épices qui prolifèrent certes, mais qui sont organisées.

Comment réduire sans avoir l'impression qu'on jette tout ?


Si vous avez croisé sur le net la méthode Marie Kondo, vous savez qu'elle propose une méthode simple pour faire le vide :
- Sélectionner une catégorie d'objet (les vêtements par exemple) et l'étaler devant soi
- Prendre chaque objet séparément du reste
- Se demander si il "procure de la joie sur le moment"

Cette méthode permet d'éviter tout regret : rien de ce qui n'est jeté ne vous a apporté de joie sur le moment, il y a donc de fortes chances que vous ne le regrettiez pas.
Je pense que c'est un très bon départ quand on a la peur de jeter les objets qui nous entourent, parce que la méthode "est-ce que cela me rends heureux" permet finalement de garder beaucoup d'objets.

Une fois que quelques objets sont partis à la poubelle ou ont été donné, on peut s'éloigner de la méthode Kondo et s'attaquer à l'organisation.

Et pour ça, je n'ai rien trouvé de mieux que les listes.

L'organisation par les listes


Sur internet, j'ai trouvé des listes des "essentiels pour la cuisine", des "essentiels de pharmacie".

J'ai barré chacun des objets que je pensais inutiles, et écrit à côté ce que je pouvais utiliser à la place. J'ai ajouté les outils que je pensais indispensables, comme "deux bols à pâtisserie en métal", sachant que j'en ai un et qu'il m'en faudrait un deuxième.
J'ai aussi ajouté ceux que j'avais déjà, comme mon cuiseur à riz <3

Si un jour j'ai l'argent et l'occasion de m'acheter le deuxième bol à pâtisserie, celui que j'utilise, un bol à salade très abîmé, sera donné, et je pourrai barrer de ma liste les "deux bols". J'adore barrer quelque chose sur une liste !

Une autre dynamique de consommation


En listant ce qu'on a chez soi, les indispensables que l'on a et ce que l'on voudrait, on évite les "craquages" en magasin, les achats d'impulsions qui coûtent cher et que l'on regrette.
Je passe beaucoup de temps sur l'ordinateur et du coup j'en profite pour comparer les produits, regarder les rapports qualité-prix, aller jeter un oeil aux forums qui regorgent de témoignages et de conseils ; ça m'évite d'acheter un produit qui va casser très vite !

Voilà ma méthode, une méthode qui m'évite la "fièvre acheteuse", qui m’apaise, qui ne conviendrait pas à tout le monde, mais qui me permet de penser loin, de penser à des objets de qualité qui auront gardé toute leur forme dans 10 ans. Depuis que je l'applique je jette régulièrement des objets inutiles que je croise dans un placard, des vieux journaux intimes qui ne représentent plus qui je suis.
Ce n'est pas minimaliste, c'est tendre vers plus de simplicité !